Refugiés entre convention et déni

Image result for deportation from canadaDes revendicateurs de refuges a un moment se retrouvent non reconnus selon la convention de Geneve [notons que la convention de geneve peut reconnaitre une personne comme refugie et debouter une autre, alors que les deux ont subit la meme situation]. Si les revendicateurs proviennent du nord de l’europe-scandinavie ce n’est pas un tort mais s’ils viennent du sud il y’a à discuter et justifier. J’imagine la limitation du nombre est la principale justification sinon a defaut de moyens d’accueil un nombre illimite engendrera certainement un malaise aux revendicateurs. Il ne faut pas omettre la raison du grand nombre des revendicateurs des pays du sud qui est l’insistance des « democraties » du nord d’entretenir des relations sans condition avec les terrocraties du sud. Donc les revendicateurs qui se retrouvent non reconnus par la convention de geneve ne sont pas des menteurs ou des abuseurs mais ils sont victimes de la roulette russe.Les chances de voir leurs demandes pour motifs humanitaires acceptees sont tres minces.Si c’est le cas ils n’auront pas pas le statut de refugie mais celui de resident permanent pour motifs humanitaires car il n’ y a pas une autre convention (autre que celle de geneve)qui reconnait un refugie,et ca constitue un deni injuste qui a un effet degradant aux revendicateurs.Ca permet aux « democraties » du nord d’eviter d’embarrasser les terrocraties du sud avec l’histoire des nombreux revendicateurs d’asile et ainsi continuer les relations sans conditions avec les terrocraties qui produiront d’avantage de refugies et ainsi de suite le cycle se repete.Pourtant ces pays du nord sont assez puissants pour imposer leur dictat en matiere de commerce aux pays du sud donc ce n’est pas impossible de leur imposer de respecter leur peuples pour leur eviter le parcours de l’humiliation et le peril.Les rapports economiques nord-sud est un sujet a debat infini qui ne debouchera jamais a une equite entre les etats ni entre les peuples.
– andrew

Des abus à abolir, restent évitables au gré.

Le sujet concerne une pratique tres prisee en amerique du nord et dans quelques monarchies d’europe (les republiques sont moins tentees). C’est le sinistre pouvoir discretionnaire qui est en fait une prerogative accordee par la loi a une instance administrative ou a un-e representant-e de la loi (un-e agent-e de l’ordre ou un-e agent-e de l’immigration) selon laquelle une decision ou un jugement peut etre pris en toute discretion conformement a la loi. Cette decision peut etre revocable par un juge ou une instance superieure dans l’hierarchie politique, apres controle et decouverte de non conformite. Cela n’empeche pas une derive arbitraire de la part de l’agent ou de la part du juge qui controle la decision. Donc une derive n’est pas impossible.

Il est non seulement le temps d’abolir cette pratique qui date du temps du regne de la monarchie mais aussi de s’inspirer de certaines pratiques des republiques. On est au 21 ieme siècle il n y a pas de honte d’apprendre des autres.

N’attendons pas encore qu’il y est encore des miliers de victimes de l’arbitraire de l’immigration, baisser les criteres et les conditions d’admission pour que l’acceptation ne soit plus le fruit d’une humeur ou d’un desir arbitraire, mais elle sera selon quelques conditions fixes et la portee de toutes les bonnes personnes. Le nombre des victimes du pouvoir discretionnaire est inconnu dans les autres domaines de l’administration hormis l’immigration, depuis des siecles.
– Andrew.

Une chasse aux fantasmes

Avouons que la ville sanctuaire est un fantasme ideal pour les sans papiers. Il peuvent vivre sans craindre d’etre arretes et deportes vers leurs pays. Il peuvent loger,travailler ,se soigner sans etre obliges de montrer un papier. En poussant plus loin ce fantasme, pourquoi ne pas abolir carrement les papiers pour tous le monde.

Pour les premiers conquerants et les derniers, ca donnerait l’impression de plus de liberte et d’anonymat et ca eliminerait les descriminations sociales et ainsi on reussit a creer l’egalite des chances.

Continuer la lecture de « Une chasse aux fantasmes »

Immigration et Anticapitalisme

AGIR MORALEMENT C’EST CHERCHE À ATTEINDRE LE BIEN SANS TENIR COMPTE DES NORMES, DES INCLINATIONS NI DES CONSEQUENCES DE LA FINALITE DE L’ACTE.

Dans la définition de la notion étatique (groupement humain géographiquement localise) une géographie des hommes c’est a dire un espace aérien. terrestre, maritime délimite par les humains.

Le capitalisme un système pour être bref et concis base sur l’appât du gain.

le capitalisme s’est édifié et étendu sur la base de l inégalité de développement des territoires les uns par rapport au autres, en recherchant systématiquement la pression d ‘une armée industrielle de réserve au niveau de la main d oeuvre.

Les réservoirs de force de travail, il les a trouve dans les campagnes d abord au sein des chasses gardées des différentes bourgeoisies: parmi les enfants très souvent, parmi les femmes aussi, que les valeurs bourgeoises réservent pourtant en principe a l’usage domestique.

Continuer la lecture de « Immigration et Anticapitalisme »

Pendez-nous haut et court

Le temoignagne d’un san-statut de Montreal

En huit annees de presence a Montreal, j’ai eu cinq refus de demande de protection. Ce que j’ai compris c’est que grace au pouvoir discretionnaire que detiennent les agents de l’immigration, une decision de refus peut etre prise meme si toutes les conditions de selection sont remplies et les motifs de danger de retour sont etayes par des preuves.

Possiblement pour respecter un seuil minimum de cas refuses. Et c’est pour ca on trouve des citoyens canadiens d’origine ethnique qui ne parlent aucune des deux langues officielles, parce qu’il faut respecter un seuil minimum de cas acceptes.

Nous sommes des milliers a subir ce genre de traitement, on est mis devant deux descentes aux enfers. L’une est longue et l’autre est courte (en rapport avec le titre).

Continuer la lecture de « Pendez-nous haut et court »

Le mal sans faute

Un nouveau projet de loi sur l’éducation au Québec est preparé pour un débat au parlement et comme par « pure coincidence » on a negligé d’integrer les enfants sans papiers dans ce projet. Comme si par ‘inadvertance’ on veut orienter ces futurs adultes vers des situations insouhaitables.

C’est vrai que les enfants au Yemen en Syrie en Irak meurent sous les bombes sinon par le cholera ou la malnutrition, les plus chanceux survivront handicapés moteur ou mental.

Les enfants sans papiers chez nous sont tres chanceux de survivre loin des menaces cités ci-dessus, mais pourquoi on a dû mal à achever cette action de protection et la laisser partielle est ce qu’il y a un dessein derrière cette manoeuvre ou c’est juste de l’incompetence.

Je prefère cette dernière  comme raison mieux que de donner raison aux adeptes des theories complotistes.                                                                                                                                                                                                – Andrew

Confusion à caractère létal

Le sujet est plus maîtrisé par les demandeurs d’asile que les non concernés. Il s’agit des pays sous moratoire et les pays dont les ressortissants passent en audience accélérée. Ces deux groupes de pays sont différents. Les ressortissants du premier groupe (sous moratoire) peuvent passer en audience accélérée mais les ressortissants du deuxième groupe ne sont pas concernes par le moratoire. Par exemple, les pays sous moratoire sont (ou étaient): Afghanistan,Irak,Haiti,Burundi et Syrie.Le deuxième groupe est constitué par les mêmes pays du premier groupe et s’y ajoutent deux autres pays que sont l’Egypte et le Yemen où les conflits sont meurtriers et les dictatures militaires ne reconnaissent pas les droits humains et parfois même les humains. Continuer la lecture de « Confusion à caractère létal »