Blog

Quand le Canada emprisonne les migrants et leurs enfants

Agnès Gruda, La Presse, 13 juin 2017

À la veille de la date prévue pour son expulsion, Béatrice était bien résignée à rentrer au Burundi. Sa demande d’asile avait été rejetée, elle avait épuisé tous les autres recours et elle n’allait tout de même pas disparaître dans la nature pour vivre dans l’illégalité. Surtout pas avec Angélique, sa fillette de 18 mois.

Mais en ce mois d’avril 2015, son pays natal venait d’entrer en ébullition. Paniqués, des amis la suppliaient de rester au Canada. « Ils me disaient : « Ça brûle ici, tout le monde fuit. Où donc veux-tu aller ? » »

Continuer la lecture de « Quand le Canada emprisonne les migrants et leurs enfants »

Une femme sans-papiers devenue aveugle faute de soins

Gabrielle Duchaine, La Presse, 12 juin 2017

Depuis plus de 30 ans, Marcia a peur. Peur de traverser la rue sur un feu rouge et qu’un policier ne la surprenne. Peur que ses employeurs ne découvrent son secret. Peur de consulter un médecin et d’être démasquée parce qu’elle n’a pas de carte d’assurance maladie.

Continuer la lecture de « Une femme sans-papiers devenue aveugle faute de soins »

Soigner des patients clandestins

Gabrielle Duchaine, La Presse, 12 juin 2017

La scène, hautement inhabituelle, se déroule dans un des plus grands hôpitaux de Montréal. Une médecin spécialiste attend son patient à l’entrée principale. C’est elle-même qui l’escortera jusqu’à son bureau. Le malade n’est pas célèbre. Ce n’est pas un grand politicien. Il n’a pas payé une somme astronomique pour avoir un traitement de faveur. C’est un sans-papiers qui n’a pas droit aux soins de santé gratuits.

De temps en temps, la spécialiste reçoit, bénévolement, des malades qui ont absolument besoin de son expertise. « Je viens les chercher en personne à la porte pour que personne ne leur pose de questions. S’ils sont démasqués, on va les envoyer à la perception et comme ils n’ont pas les moyens de payer, ils ne se rendront jamais jusqu’à moi. En plus, ils ont peur », dit-elle.

Continuer la lecture de « Soigner des patients clandestins »

Le Montréal des sans-papiers: une journée chez médecins du monde

Gabrielle Duchaine et Martin Tremblay, La Presse, 12 juin 2017

Depuis 2011, Médecins du monde soigne les personnes migrantes dépourvues de couverture médicale dans sa clinique du boulevard Crémazie à Montréal, seul point de chute pour les clandestins et autres personnes sans statut au Québec. Ici, on traite les plus vulnérables sans poser de questions. Pas même besoin de donner son nom de famille. Nous y avons passé une journée.

UNE CLINIQUE BONDÉE

Midi, une heure avant l’ouverture de la clinique. Déjà, une faune bigarrée fait la queue à la porte. À l’intérieur, l’équipe est en pleine réunion. Infirmières et travailleuses sociales côtoient les bénévoles qui s’occuperont de l’accueil et du triage et serviront d’interprètes. Sur un tableau noir, on retrouve la liste des langues parlées (23) par les membres de l’équipe. Question d’optimiser les ressources, limitées par rapport au nombre de patients, tout le monde passe au triage. On veut s’assurer qu’ils n’ont pas droit à une couverture médicale. Ici, on ne traite que ceux qui n’ont aucune autre solution. « Il y a beaucoup de gens qui ont droit aux soins de santé, mais qui ne le savent pas. On les aide à s’en prévaloir », explique Véronique Houle, directrice des opérations nationales.

Continuer la lecture de « Le Montréal des sans-papiers: une journée chez médecins du monde »

Marcher sa vie

Yvon Laprade, collaboration spéciale, La Presse, 11 juin 2017

Quand il est arrivé à Montréal à l’hiver 2015, Teo croyait pouvoir refaire sa vie après avoir fui son pays natal, le Mexique, où la violence et les crimes commis par les narcotrafiquants contaminaient son existence et sa famille. Il a plutôt dû «marcher sa vie» dans les rues de Montréal pour essayer, en vain, de s’en inventer une nouvelle.

Continuer la lecture de « Marcher sa vie »

Une main-d’oeuvre jetable

Yvon Laprade, collaboration spéciale, La Presse, 11 juin 2017

La condition des travailleurs et travailleuses immigrants sans papiers ou en attente d’un statut ne cesse de se détériorer, tonnent les organismes de défense qui réclament une législation «qui a des dents» pour pincer les agences de placement et les entreprises clientes qui «exploitent» cette main-d’oeuvre sans droits. État des lieux.

UN PRODUCTEUR ÉCHAUDÉ PAR LES AGENCES

Échaudé par les agences de placement qui font travailler des travailleurs immigrants, Fruit d’or, important transformateur de canneberges et de bleuets, évite désormais de faire appel à leurs services pour combler ses besoins de main-d’oeuvre temporaire. «On avait observé un manque de sérieux [des agences] malgré nos vérifications», a confié à La Presse le président de l’entreprise, Martin Lemoine. L’an dernier, le transformateur a mis fin à son association avec l’homme d’affaires guatémaltèque, Esvin Cordon, après qu’il eut été mis en preuve que son agence de placement [Les Progrès], de Victoriaville, abusait d’un groupe de travailleurs du Guatemala.

Continuer la lecture de « Une main-d’oeuvre jetable »

Dans la peau d’une sans-papiers

Soledad Peireira (nom fictif), collaboration spéciale, La Presse, 11 juin 2017

5h30, métro Saint-Michel. Des entreprises de la région de Montréal ont désespérément besoin de bras, au point d’accueillir le premier travailleur venu sur leurs terres, dans leurs usines ou dans leurs entrepôts. Sans le moindre papier d’identité, notre collaboratrice d’origine latino-américaine a infiltré des agences de placement qui recrutent au métro Saint-Michel et qui paient en argent comptant. Elle raconte sa dure expérience dans la peau d’une travailleuse clandestine.

Continuer la lecture de « Dans la peau d’une sans-papiers »

Travailler au noir… pour le gouvernement

Isabelle Hachey, La Presse, 10 juin 2017

Ils vivent dans l’ombre. Ils triment dur, souvent la nuit. Ils sont invisibles. Et pourtant, les sans-papiers se comptent sans doute par milliers à Montréal. Certains d’entre eux travaillent même clandestinement… pour des organismes publics.

Au CSSS

Angela (nom fictif) se présente au rendez-vous avec trois clés USB neuves, toujours dans leur emballage de cellophane. Elle les a trouvées dans les poubelles du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Montréal où elle fait le ménage, la nuit, depuis 2014. «Je me suis dit que cela pourrait servir. Il y a beaucoup de gaspillage, même de médicaments. Parfois, je trouve de l’insuline dans les poubelles.» Quand cela se produit, elle ne peut s’empêcher de penser qu’il y a probablement des sans-papiers diabétiques, quelque part à Montréal, qui en auraient cruellement besoin.

Continuer la lecture de « Travailler au noir… pour le gouvernement »

Montréal n’est pas (encore) une «ville sanctuaire»

Isabelle Hachey, La Presse, 10 juin 2017

Malgré une déclaration unanime de son conseil municipal, en février, Montréal est encore loin de pouvoir se prétendre «ville sanctuaire». Au contraire, l’ampleur de la collaboration entre les policiers montréalais et les agents fédéraux des services frontaliers suggère qu’il faudra tout un virage pour que les sans-papiers de la ville n’aient plus à craindre d’être déportés, révèlent des chiffres inédits.

Le 20 février, Montréal s’est officiellement proclamé «ville sanctuaire». Qu’est-ce que cela signifie?

Continuer la lecture de « Montréal n’est pas (encore) une «ville sanctuaire» »

Le Montréal des sans-papiers

La Presse, Isabelle Hachey

Publié le 10 juin 2017 à 10h00 | Mis à jour le 10 juin 2017 à 10h01

Nous les croisons sans les voir dans les rues de Montréal. Ils font le tri de nos rebuts, récurent les toilettes de nos cliNous les croisons sans les voir dans les rues de Montréal. Ils font le tri de... (Photo Martin Tremblay, La Presse)niques médicales, passent l’aspirateur, la nuit, dans les couloirs de nos bureaux. Ils sont des dizaines de milliers, mais ils sont invisibles. Sans eux, l’économie de la ville subirait un dur coup, puisque ces travailleurs de l’ombre occupent les emplois dont personne ne veut. Sans le moindre filet de sécurité. Bienvenue dans le monde occulte des sans-papiers de Montréal. Continuer la lecture de « Le Montréal des sans-papiers »