Blog

Des abus à abolir, restent évitables au gré.

Le sujet concerne une pratique tres prisee en amerique du nord et dans quelques monarchies d’europe (les republiques sont moins tentees). C’est le sinistre pouvoir discretionnaire qui est en fait une prerogative accordee par la loi a une instance administrative ou a un-e representant-e de la loi (un-e agent-e de l’ordre ou un-e agent-e de l’immigration) selon laquelle une decision ou un jugement peut etre pris en toute discretion conformement a la loi. Cette decision peut etre revocable par un juge ou une instance superieure dans l’hierarchie politique, apres controle et decouverte de non conformite. Cela n’empeche pas une derive arbitraire de la part de l’agent ou de la part du juge qui controle la decision. Donc une derive n’est pas impossible.

Il est non seulement le temps d’abolir cette pratique qui date du temps du regne de la monarchie mais aussi de s’inspirer de certaines pratiques des republiques. On est au 21 ieme siècle il n y a pas de honte d’apprendre des autres.

N’attendons pas encore qu’il y est encore des miliers de victimes de l’arbitraire de l’immigration, baisser les criteres et les conditions d’admission pour que l’acceptation ne soit plus le fruit d’une humeur ou d’un desir arbitraire, mais elle sera selon quelques conditions fixes et la portee de toutes les bonnes personnes. Le nombre des victimes du pouvoir discretionnaire est inconnu dans les autres domaines de l’administration hormis l’immigration, depuis des siecles.
– Andrew.

Du jamais lu

Je sais que c’est un peu dérangeant de voir quelqu’un avec un masque. C’est plus réconfortant de voir le visage de notre interlocuteur. Cela me dérange plus que vous. Je respire mal et ma voix est étouffée. Ca me prend beaucoup d’énergie pour respirer et m’exprimer. Je transpire en dessous, ce n’est pas seulement à cause du stress , la peur de parler devant un public ou le masque qui me colle à la peau, mais surtout parce qu’il cache une partie de moi reste non exprimée. je n’ai pas choisi de le mettre, j’étais obligée. Obligée de le choisir comme étant le meilleur des pires. J’ai passé les derniers huit ans sans statut au Canada. J’ai passé d’une étudiante à l’université à RIEN.

Continuer la lecture de « Du jamais lu »

Une chasse aux fantasmes

Avouons que la ville sanctuaire est un fantasme ideal pour les sans papiers. Il peuvent vivre sans craindre d’etre arretes et deportes vers leurs pays. Il peuvent loger,travailler ,se soigner sans etre obliges de montrer un papier. En poussant plus loin ce fantasme, pourquoi ne pas abolir carrement les papiers pour tous le monde.

Pour les premiers conquerants et les derniers, ca donnerait l’impression de plus de liberte et d’anonymat et ca eliminerait les descriminations sociales et ainsi on reussit a creer l’egalite des chances.

Continuer la lecture de « Une chasse aux fantasmes »

Immigration et Anticapitalisme

AGIR MORALEMENT C’EST CHERCHE À ATTEINDRE LE BIEN SANS TENIR COMPTE DES NORMES, DES INCLINATIONS NI DES CONSEQUENCES DE LA FINALITE DE L’ACTE.

Dans la définition de la notion étatique (groupement humain géographiquement localise) une géographie des hommes c’est a dire un espace aérien. terrestre, maritime délimite par les humains.

Le capitalisme un système pour être bref et concis base sur l’appât du gain.

le capitalisme s’est édifié et étendu sur la base de l inégalité de développement des territoires les uns par rapport au autres, en recherchant systématiquement la pression d ‘une armée industrielle de réserve au niveau de la main d oeuvre.

Les réservoirs de force de travail, il les a trouve dans les campagnes d abord au sein des chasses gardées des différentes bourgeoisies: parmi les enfants très souvent, parmi les femmes aussi, que les valeurs bourgeoises réservent pourtant en principe a l’usage domestique.

Continuer la lecture de « Immigration et Anticapitalisme »

Un parcours du combattant

je profite de cet espace amical pour vous envoyer mon témoignage comme un émigrant au pays de bombardier.

plus que 10 ans que je vis dans ce beau pays. l’aventure a commencé en 2007 quand j’ai débarqué au canada à la recherche d’une vie meilleure et de finir et fuir la règne d’une dictature dans mon pays natale (je viens d’un pays du Maghreb).

après l’expiration de la date de mon visa de séjour j’ai déposé une demande d’asile qui a été rejeté ainsi que l’appel. alors mon avocat m’a conseillé de déposer une demande de résidence permanente pour considération humanitaire qui a été elle aussi refusé et un ordre de quitter le canada [est émis] autrement je serai déporté.

et voila depuis 5 ans maintenant que je vis dans la clandestinité et l’angoisse.

Continuer la lecture de « Un parcours du combattant »

Pendez-nous haut et court

Le temoignagne d’un san-statut de Montreal

En huit annees de presence a Montreal, j’ai eu cinq refus de demande de protection. Ce que j’ai compris c’est que grace au pouvoir discretionnaire que detiennent les agents de l’immigration, une decision de refus peut etre prise meme si toutes les conditions de selection sont remplies et les motifs de danger de retour sont etayes par des preuves.

Possiblement pour respecter un seuil minimum de cas refuses. Et c’est pour ca on trouve des citoyens canadiens d’origine ethnique qui ne parlent aucune des deux langues officielles, parce qu’il faut respecter un seuil minimum de cas acceptes.

Nous sommes des milliers a subir ce genre de traitement, on est mis devant deux descentes aux enfers. L’une est longue et l’autre est courte (en rapport avec le titre).

Continuer la lecture de « Pendez-nous haut et court »

Une vague de migrants sans précédent au Québec

Hugo de Grandpré, Martin Croteau, La Presse

(Ottawa) Près de 1500 demandeurs d’asile sont actuellement hébergés par le gouvernement du Québec, a appris La Presse, tandis que l’arrivée de centaines de migrants à la frontière de la province depuis quelques jours force les gouvernements à prendre des mesures extraordinaires, comme l’ouverture du Stade olympique pour en accueillir des dizaines en attendant de décider de leur sort.

Continuer la lecture de « Une vague de migrants sans précédent au Québec »