Porte de non retour

La porte de non retour (île de goree) porte ou on faisait passer les esclaves se situant à l île de goree au senegal.

Non retour car une fois franchie on ne reviendra plus.

Non vous ne rêvez pas. Cette image est l’issue de sortie de Lucy Granados, mère de famille monoparentale, expulsée du Canada par cette porte afin que le groupe Solidarité sans frontiere venu nombreux à son rescousse face à une politique migratoire xenophobe echappant à une population la quasi totalité dans le flou qui passe son temps à penser à une survie quotidienne.

issue de secours ou next exit :

Pour faire une marche au Québec il faut livrer un itineraire : imaginez le parcours du combattant livrer par solidarité sans frontière jusqu a pousser l usage de cette voie l’asfc.( agence des services frontaliers du Canada).

Il fallait exécuter l ordre le plus rapidement possible avant qu un recours qui faisait signe soit possible.

Nous vous tirons notre chapeau sur votre travail acharné.
Les bonnes âmes sont avec vous.

Arrêtez chez elle vers les coups de 6 heures du matin elle est traumatisée à vie.

AGENCE SECTAIRE FÉDÉRAL DES CONNARDS ( asfc) en récompense lui on casse Le Bras sans compter les chaînes utilisées pour sa capture : Quelle société de droit.

Elle a été enchaîné sur son lit d ‘hôpital (suite à sa blessure au bras )et des gardes veillaient à son chevet.

Ministère de l immigration et de l identité nationale on fait des réfugiés comme des coupables de droit commun .

Restée 9 ans au Canada dans la clandestinité elle survivait selon ses moyens.

Elle payait ses impôts mais ne va bénéficier d ´aucunes faveurs (ni soins de santé, ni assurance emploi, ni retraite ) car cette clandestinité génère beaucoup de milliards.

Plus de 40 pour cent du taux de natalité est assuré par les populations étrangères au Canada.

C est le yang et le ying, le bon et le méchant comme les techniques policières.

Quelle contradiction

Extermines les indiens chez eux, vous exterminez maintenant les visiteurs chez vous je veux dire les indiens.

Expatriés ou immigrés , convention de Genève, ou conférence de Berlin :
Des abus de cette entité barbare qui commencent à se faire découvrir nous imaginons tout le mal qu ils ont fait sans que personne ne le sache.
Je ne doute point que vous avez du sang sur les mains.

Le laisser mourir est il un outil dissuasif ?

Solidarité sans frontières a remporte la manche en se faisant entendre ce qui a emmené beaucoup d échos.

Ils ont utilisé une technique peut démocratique et civilisé nous demandons ce dont ils sont capables ou jusqu ´ou ils sont prêts à aller.

Vous jouez sur la psychose des gens.

Aucun recours et appel n est possible face à leurs abus c ´est un mur en béton.

Même le maire a répondu grâce à un silence retentissant pour user son veto afin d aider cette femme face à cette machine.

D’aucuns disent qu il y avait un ordre de renvoi pas respecter et qu ´elle mérite ce qui lui est arrivé peut être d ´ou la raison de la reaction du comportement du maire.

Faites le tour sur la procédure juridique de l immigration au Canada avant de répondre.

Le maire était face à ce mur qui ne laisse dans la pratique aucun choix.

Ils exterminent et expulsent, tuent et cassent des bras sans tambour ni trompette.

L’humanité était là avant vous et vous partirez sans.

SG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *